Choses à considérer avant un doctorat (en design)

De la direction de thèse à l’environnement de travail, un aperçu des bonnes conditions pour faire un doctorat.

On commence trop souvent une thèse sans avoir une idée réaliste du travail à fournir ou du système universitaire. C’est particulièrement le cas pour les domaines dans lesquels les personnes voulant faire un doctorat n’ont pas fait leur master à l’université – par exemple les diplômé-e-s d’école de design.

Les situations varient, et la liste ci-dessous ne reflète que mon expérience directe et indirecte en France depuis 2014. Ce sont toutes les questions auxquelles il me semble important d’avoir une réponse claire et les conditions qui doivent être réunies avant de s’engager, pour minimiser les risques de burnout, harcèlement, thèse prenant bien plus longtemps qu’annoncée, fortes désillusions sur les débouchés professionnels, etc. Faire une thèse est difficile dans les meilleures circonstances. Cela n’est ni censé être une torture ni un chemin de martyr. Et si le doctorat est un diplôme, faire une thèse est un travail, qui ne peut s’effectuer convenablement que dans des conditions dignes.

Pourquoi faire un doctorat ?

Il y a beaucoup de raisons de ne pas faire de doctorat. Le doctorat retarde souvent l’arrivée sur le marché du travail hors enseignement supérieur. Cela équivaut à une perte de salaire directe (on est souvent moins bien rémunéré en thèse) et indirecte : perte d’avancement donc progrès plus tardif dans l’échelle des salaires et pour les personnes faisant des thèses sur bourse (non-salariés), retardement des cotisations à la retraite, etc. De plus la thèse n’a pas toujours un impact positif sur le salaire.

Le nombre de recrutements sur des postes permanents à l’université ou dans les grands instituts de recherche (par exemple le CNRS) ne fait que baisser. Faire une carrière académique durable après le doctorat devient l’exception plutôt que la règle, puisque le nombre de docteur-e-s augmente dans le même temps. Le design a une situation quelque peu différente puisqu’il est aussi possible d’être recruté dans les écoles de design (publiques ou privées), mais celles-ci n’ont pas nécessairement l’infrastructure nécessaire pour soutenir la recherche, un manque souvent évoqué par les personnes ayant obtenu leur doctorat à la même période que moi. Le marché académique international n’est guère meilleur. J’ai obtenu un poste permanent au Royaume-Uni avant ma soutenance de thèse, mais c’est une situation rare, et qui doit tout à la chance (cela requiert par ailleurs une flexibilité géographique qui se fait souvent au détriment de la famille, des amis, etc).

Il est tout à fait possible de faire une thèse pour des raisons de développement personnel. Nos choix d’études n’ont pas à être uniquement déterminés par leur impact financier. C’est aussi parfois le meilleur travail possible en sortie de master : par exemple, une thèse à financement Cifre correctement rémunérées avec un emploi semi-garanti à la sortie. J’ai beaucoup apprécié avoir trois ans pour me concentrer sur un projet, et je soupçonne que cela n’arrivera plus jamais. J’ai adoré la flexibilité, la palette de compétences que j’ai développé, les personnes que j’ai rencontrées.

Néanmoins, avant de se lancer, mieux vaut être sûr que la thèse est bien l’étape la plus adéquate pour atteindre vos objectifs. J’espère que cela évitera à quelqu’un le burnout doctoral dont je ne me suis pas encore remise.

Est-ce une bonne idée de faire une thèse sans financement ?

Non. Ce n’est jamais une bonne idée de faire un métier sans être payé, et c’est la porte ouverte à tous les abus. Le cas des thèses à temps partiel, par exemple par les enseignants, est différent.

Il y a de nombreux types de financements : financement sur projet (par exemple projet ANR), financement par des entreprises (Cifre), financements sur contrats doctoraux par l’université ou les organismes de recherche, et bourses diverses (souvent sans contrat, et donc sans contributions sociales, comme la retraite). L’ANDès a un guide très complet sur le sujet.

Quel est l’encadrement de thèse, et qu’attendre de son directeur ou de sa directrice?

Ne jamais commencer une thèse sans se renseigner préalablement sur les conditions de l’encadrement. La bande dessinée Carnets de thèse l’illustre bien : il est à l’avantage des chercheur-e-s plus seniors de disposer d’une main d’oeuvre peu chère faisant de la recherche, produisant des papiers et communications continuant et citant leur travail, ou sur lequel mettre leur nom. Mais qu’est-il possible, raisonnablement, d’attendre en terme d’encadrement ?

  • Une expertise sur le sujet de thèse ou sur le domaine, permettant d’aiguiller les doctorant-e-s sur les questions de recherche les plus intéressantes à développer. Cela veut aussi dire une forte intégration à la communauté ou au champ scientifique auquel vous souhaitez participer, et donc d’ouvrir des opportunités professionnelles et de recherche. Cela peut-être difficile à identifier en design et dans les champs dits « interdisciplinaires, » ce que je discute ci-desssous ;
  • L’implication avant la thèse du directeur ou de la directrice dans la définition du sujet et de plan de thèse et l’identification des besoins de formation (méthodes, écriture scientifique, disciplinaire, etc), logistiques (par exemple aller en conférences, bureau), matérielles (par pitié, n’achetez pas vos outils de travail – ordinateur, logiciels etc)… C’est particulièrement crucial en design puisque les écoles en design introduisent rarement à la recherche académique et ses méthodes – et qu’il faut rattraper plusieurs années de formation pendant la thèse. Le plan (et le sujet) évolueront pendant la thèse, mais cet exercice permet de se mettre d’accord sur les attentes et de ne pas se laisser dépasser par l’impression de ne pas encore avoir la formation suffisante pour conduire ses propres recherches ;
  • Un rendez-vous hebdomadaire ou tous les dix jours d’une heure et des échanges réguliers durant la semaine (mails, réunion d’équipe etc) ;
  • Ne pas travailler pendant les soirées ou les week-ends (sauf exceptions comme les évènements) ;
  • Personnellement, je pense qu’il est utile de demander comment les arrêts maladies ou parentalité sont gérés. Cela fera peut-être perdre une offre de thèse, mais personne ne devrait travailler avec un-e encadrant-e considérant qu’un arrêt maladie signifie travailler de la maison ;
  • Idéalement, votre encadrant-e de thèse sera la personnne qui écrira vos lettres de recommandations et vers qui vous tourner pour des questions de recherche bien après la thèse. C’est un choix assez crucial, même si vous pouvez également développer des collaborations fortes avec vos pairs ou avec d’autres chercheur-e-s.

Certaines personnes vous diront sans doute que cette liste n’est pas réaliste parce que les maîtres de conférence eux-mêmes ne travaillent pas dans de bonnes conditions. Par exemple, certain-e-s doivent acheter leur propre ordinateur. Ce sont cependant les conditions dans lesquelles de nombreux doctorant-e-s travaillent, et qui sont normales pour un travail salarié en design. L’environnement de recherche (au niveau de l’équipe, du laboratoire, du département) est aussi important. Les personnes en doctorat ou ayant fini leur doctorat avec le directeur ou la directrice envisagé(e) peuvent vous renseigner :

  • Y a-t-il beaucoup de doctorant-e-s, officiellement à plein temps, sans financement de thèse ? À éviter – nous méritons toutes et tous que notre travail soit reconnu et payé. Accepteriez-vous que vos collègues ne soient pas payés alors que vous recevez un salaire tous les mois ?
  • Y a-t-il une charte de conduite et un processus de gestion des incidents de harcèlement pour l’équipe / le labo / le département ?
  • L’environnement est-il paritaire au niveau du genre, ou du moins pas plus inégalitaire que la discipline ?
  • Si les thèses défendues précédemment dans cette équipe ont pris plus longtemps que prévu (3-4 ans, la durée habituelle des financements), pourquoi ?
  • Est-il possible de collaborer et de trouver de l’aide au sein de l’institution ?
  • Y a-t-il du soutien à la fin de la thèse pour les candidatures, académiques ou non ?
  • Dans le cas où la bourse de thèse n’inclue pas de budget pour les conférences, y a-t-il des aides disponibles ? (Non, il n’est pas normal de payer pour ses trajets professionels)
  • Si vous souhaitez vous diriger vers une carrière académique, y a-t-il des opportunités de missions d’enseignement ?
  • Et pour préserver et améliorer nos conditions de travail : n’oubliez pas de vous syndiquer si vous le pouvez.

Comment choisir son ancrage disciplinaire ?

Le design fait partie de la Section 18 – Architecture (ses théories et ses pratiques), arts appliqués, arts plastiques, arts du spectacle, épistémologie des enseignements artistiques, esthétique, musicologie, musique, sciences de l’art du Conseil National Universitaire. En pratique, quand je présidais l’association Design en Recherche avec Nolwenn Maudet en 2016, les doctorant-e-s en design membres de l’association faisaient leur thèse dans une dizaine de sections différentes : anthopologie, sociologie, informatique (Interaction Humain-Machine), philosophie, sciences de l’information et de la communication, histoire, sciences de gestion et du management, psychologie et ergonomie, urbanisme, sciences de l’éducation…

Les design studies n’ont pas le monopole ni de la conception ni de l’étude des processus de design. Elles n’ont pas non plus de méthodes qui leur soient complètement spécifiques (de nombreuses autres disciplines utilisent des méthodes créatives ou développent des prototypes, artefacts et toute une gamme d’objets). Il y a bien d’autres choses à dire sur ce que la recherche en design est, ou pourrait être. Je préfère personnellement dire que je suis designer et que cela m’a permis de développer une certaine manière de percevoir l’environnement matériel et visuel et ses possibilités. Mais pragmatiquement cela signifie que nous importons toujours des concepts et des questions d’autres champs et d’autres disiplines, en plus des études en design, avec tous les risques de mécompréhension (et d’assemblages bancaux) que cela implique.

Ma thèse est un excellent exemple d’interdisciplinarité foirée. Je le prends avec philosophie : une bonne thèse est une thèse finie. Mais j’ai suivi tous les fils rouges que j’ai perçu sans réussir à définir quel objet de recherche je développais – et à quel champ ou discipline mon travail contribuait. Je continue à la revisiter parce que le matériel est là – c’est la formulation comme contribution de recherche qui n’est pas finalisée, et ce n’est pas comme cela que j’encouragerais les jeunes chercheurs d’aborder la recherche. Même les approches inductives sont motivées par des puzzles ou des problèmes de recherches, des espaces vides dans nos connaissances. Et ceux-ci nécessitent un minimum de cadrage, souvent apporté par une discipline. Par exemple, l’anthropologie s’intéresse au design (notamment) du fait de son rôle dans la continuité et les changements dans la culture, un concept, objet, sujet d’intérêt central à la discipine.

D’un autre côté certains concepts, comme celui d’affordances, circulent :

Anthropologists have adopted affordance as a means of cross-cultural understanding and analysis. By rejecting the assumption that humans are distinct in their reliance on symbols and accepting instead the premise of direct perception, anthropologists can learn about new cultures through shared perception (the affordances of shared place and space) and can analyze cultures outside of their own without the troubling distinction between “us” and “them.”
[…]
In engineering, Jonathan R. A. Maier and George M. Fadel have led the field in constructing an affordance ontology and method of implementation. Their affordance-based design (ABD) introduces affordances as fundamental to engineering design and defines affordance as the relationship between two subsystems in which potential behaviors can occur that would not be possible with either.

Jenny L. Davis, How Artifacts Afford

Déterminer un (des ?) ancrage disciplinaire influence les questions posées, les compétences développées, la manière d’écrire, les publications visées, les personnes rencontrées… mais aussi le déroulement de la soutenance de thèse. Et donc, le choix de l’encadrement de thèse. Mieux vaut savoir où l’on met les pieds.

Quelles sont les types de thèse et les types de questions de recherche dans la recherche en design ?

Ce billet est déjà trop long, et une réponse complète serait très compliquée, mais voici une tentative de catégorisation des types de thèse en design (j’essaierai d’ajouter des exemples).

  • Conceptualiser le design space d’un type de technologie ou d’objet ou tester l’efficacité de principes de design. La très excellente thèse de Jeremy Boy par exemple s’intéresse à comment encourager l’interaction avec des visualisations de données
  • Théorie du design
  • Histoire du design
  • Méthodes de design pour un problème particulier
  • Étude des pratiquess de designers
  • Étude de la création d’artefacts par des non designers
  • Explorer les usages possibles d’une nouvelle technologie

Je n’ai pas d’expérience personnelle de la « thèse par la pratique » puisque ce n’est pas comme cela que je vois mon travail de recherche, même si j’ai aussi développé des projets. En revanche, j’ai une liste très longue de personnes avec des expériences négatives et une liste très courte de personnes avec des expériences positives de ce type de thèse, donc je ne suis sans doute pas la personne à qui poser cette question.

Voilà comment je représente ma thèse dans mon séminaire sur la recherche en design – ne faites pas comme moi, ne vous éparpillez pas – et posez vous de meilleures questions sur l’épistémologie.

À qui en parler ?

L’association Design en Recherche peut vous accompagner vers, et durant, la thèse. La variété de situations de thèse et d’objectifs après la thèse est précieuse, vous donnant à voir le panel de possibilités pour conduire une thèse. Il y a aussi la mailing-list recherche en design et PhD-Design pour se faire une idée de la communauté.

Par où commencer ?

Quelques suggestions arbitraires que j’ai lu ou relu récemment.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.